CHRIST... Quelle part de légende ?...

Le personnage de Jésus a été beaucoup étudié, par de plus grand exégètes que nous (que moi en tous cas ;c), et semble ne plus poser de problème réel du point de vue historique : il a vraiment existé un Jésus en son temps, même si on a cousu une belle tunique de légendes autour de ses faits et gestes... Il semble même qu'il en ait existé beaucoup portant ce prénom très commun en Palestine à cette époque.

Son aspect "christique" quant à lui, tel que présenté par l'Eglise qui veut que ce Jésus soit "Fils de Dieu", reste un concept purement religieux relevant de la FOI en L'EGLISE, et non de la foi en un DIEU suprême dont Jésus serait le Fils (unique de surcroît), ce qu'il ne s'est jamais explicitement prétendu être lui-même. Lorqu'il parle de "son père" il n'utilise jamais le mot Dieu ou Yaveh, et l'interpétation que fait l'Eglise de ces allusions familiales est toujours litigieuse. D'autant plus que l'on sait également qu'il avait des frères et des soeurs charnels, donc qu'il n'était PAS "fils unique" au moins de ce point de vue. Que faut-il comprendre alors ?
C'est bien là que le bât blesse, et c'est déjà là que les martyres de certaines églises primitives (arienne notamment, condamnée par le Vatican pour hérésie) n'étaient pas d'accord avec la version de Rome.
Si toutes les branches chrétiennes ainsi d'ailleurs que l'Islam sont d'accord pour faire de Jésus un homme exceptionnel, voire un prophète et un guide pour l'Humanité, l'idée qu'un humain puisse être appellé "Fils de Dieu" et donc dieu lui-même m'a, quant à moi, toujours parue un concept étrange. (j'allais écrire "être ange" !)
On sait depuis longtemps que "christ" ou Xristos en grec signifie "oint", celui qui a reçu l'onction. Mais... quelle onction et de Qui ? Et quels pouvoirs particuliers cette onction est-elle sensée octroyer à "l'oint" hormis la reconnaissance d'une dignité essentiellement "royale" et temporelle ?

On sait que de tous temps, en Egypte déjà bien avant l'an 0 de notre calendrier grégorien, les rois (pharaons) étaient oints eux aussi, et se paraient alors du titre de "fils de Ra", véritables représentants de Dieu sur Terre. Mais ils restaient des hommes, des hommes glorifiés, rien de plus que les "Césars" romains. Sous l'influence de l'Eglise, nos rois depuis Clovis ont repris cette pratique de l'onction royale pour leur couronnement mais, bien que régnant "de droit divin" selon l'expression "autoconsacrée", ils ne se sont jamais prétendus fils de Dieu.

Que faut-il comprendre de ce rite étonnant qu'est " l'onction " ? Et en quoi l'application d'une huile ou d'une graisse au front d'un homme ferait-elle de lui un dieu ou l'égal d'un dieu ?

J.M.

 


Anti-Zèliens, à vos claviers !  

Texte à insérer ... 

Votre adresse électronique 

Si vous désirez garder votre adresse électronique confidentielle  non  oui